Chaque soir à Bordeaux, une centaine d’enfants scolarisés dorment à la rue, sur un parking ou sous une tente. Cette situation préoccupante inquiète le Réseau éducation sans frontière 33 (Resf 33), qui craint la banalisation de cette situation et appelle à une action urgente. Deux familles vivent dans l’incertitude à l’école maternelle de la Benauge à Bordeaux. La première famille, originaire de Géorgie, compte trois enfants âgés de 7, 4 et 1 an et demi. La seconde famille, venue d’Albanie, a deux enfants âgés de 5 et 2 ans. Les Géorgiens ont déposé une demande d’asile, tandis que les Albanais font face à une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Malgré leur situation, ces enfants sont scolarisés à l’école de la Benauge. Les parents d’élèves et l’équipe pédagogique se relaient toutes les deux semaines pour les héberger chez eux, mais cette solidarité s’épuise peu à peu. Afin de sensibiliser l’opinion publique, le Resf 33 souligne qu’une centaine d’enfants scolarisés à Bordeaux vivent dans des conditions précaires faute de logement. Le collectif demande aux autorités de prendre des mesures d’urgence pour trouver des solutions d’hébergement durables pour ces familles sans logement. Actuellement, les solutions ponctuelles comme le 115 ne suffisent pas à répondre à la demande. Le Resf 33 insiste sur la nécessité de trouver des solutions pérennes pour assurer un logement décent à chaque famille. En novembre dernier, le Département a rencontré une délégation du Resf 33 pour discuter de cette question pressante d’hébergement d’urgence. Il est essentiel de prendre des mesures concrètes pour aider ces familles qui vivent dans des conditions précaires et offrir à leurs enfants un environnement stable pour poursuivre leur scolarité.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *