L’acide perfluorooctanoïque (APFO), qui était autrefois utilisé dans la fabrication du revêtement antiadhésif Téflon, a été reconnu comme un cancérogène avéré par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) le 1er décembre 2023. Cette substance chimique était également présente dans certains emballages alimentaires en raison de sa résistance à l’eau et à l’huile.

Le CIRC a évalué les effets cancérogènes de l’APFO ainsi que de l’acide perfluorooctanesulfonique (SPFO). Ces produits chimiques, également connus sous le nom de « produits chimiques perpétuels », sont très persistants dans l’environnement en raison de leur résistance à la dégradation. Ils se retrouvent dans de nombreux produits, tels que les emballages alimentaires, les tapis, les cosmétiques, les ustensiles de cuisine, les vêtements imperméables et même dans l’eau potable.

Le CIRC a conclu que l’APFO était un « cancérogène pour l’homme » sur la base de preuves suffisantes de sa cancérogénicité chez les animaux de laboratoire ainsi que de mécanismes forts chez les individus exposés. Il a été démontré que l’APFO affaiblit le système immunitaire humain, favorisant ainsi le développement du cancer. L’inhalation est considérée comme la principale voie d’exposition, bien que l’exposition cutanée soit également possible, en particulier pour les travailleurs manipulant ces substances.

En Europe, l’utilisation de l’APFO a été restreinte depuis 2020 et sa production et sa commercialisation ont été interdites. Cependant, des exemptions existent toujours. L’exposition professionnelle à l’APFO a diminué dans certains pays ayant introduit des restrictions, mais elle peut se poursuivre dans les pays n’ayant pas mis en place de telles mesures. De plus, l’exposition peut également se produire lors de la gestion des déchets contenant cette substance ou dans des produits provenant d’anciens stocks.

Il est donc important de prendre en compte ces nouvelles informations sur la toxicité de l’APFO pour notre santé et d’être attentif à la présence de cette substance dans notre environnement quotidien.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *