Le réseau de tramway de Bordeaux célèbre ses vingt ans, marqués par des accidents et des pannes récurrentes. Ce triste anniversaire a été souligné par une collision spectaculaire survenue le soir du samedi 16 décembre, rappelant que ces deux décennies ont été marquées par des incidents réguliers. Les Bordelais se sont habitués à surveiller attentivement les horaires des trams, avec la crainte quotidienne de subir une panne. Certains voyageurs ont même dû finir leur trajet à pied à plusieurs reprises en raison de pannes ou de collisions.

Malgré cela, les statistiques de Keolis montrent que le taux de satisfaction des usagers, qu’ils soient abonnés ou occasionnels, dépasse les 90% depuis plus de dix ans. Cependant, depuis la pandémie de Covid-19, de plus en plus de personnes manifestent de l’impatience et du mécontentement à l’égard du tram. La fréquentation des lignes a connu une croissance continue au fil des années, atteignant 108,16 millions de voyageurs en 2022, exception faite des années marquées par les manifestations des gilets jaunes, l’incendie du parking des Salinières et la crise sanitaire.

Certains usagers se plaignent de la surpopulation aux heures de pointe, en particulier autour des universités. Un conducteur, souhaitant garder l’anonymat, déplore de devoir laisser la moitié des voyageurs en station tous les matins. Selon lui, le tram n’a pas réussi à anticiper et à s’adapter à l’augmentation de la population. Le président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports de Nouvelle-Aquitaine critique également le manque de fluidité du réseau, en particulier depuis l’extension de la ligne A jusqu’à l’aéroport.

La vitesse commerciale du tram ne cesse de diminuer chaque année, surtout sur la ligne B, pour atteindre une moyenne inférieure à 18 km/h en 2022. Cette baisse de vitesse est notamment due aux nouveaux modes de déplacement tels que les vélos, les trottinettes et les conducteurs qui ne respectent pas toujours le code de la route. Les collisions ont diminué, mais leur gravité reste élevée, et les trottinettes et les cyclistes sont toujours fréquemment impliqués dans ces incidents.

L’alimentation par le sol, appelée APS, est également un problème récurrent. Cette technologie, qui était supposée être une solution efficace, souffre de problèmes d’étanchéité depuis vingt ans, provoquant des dysfonctionnements réguliers. De plus, le nombre de défauts liés aux systèmes de portes a augmenté. Tout cela soulève des questions sur la vétusté du matériel et son entretien.

En conclusion, malgré les pannes et les accidents, le réseau de tramway de Bordeaux reste populaire auprès des usagers. Cependant, il est clair que des améliorations sont nécessaires pour garantir la satisfaction des voyageurs et maintenir la réputation positive du tramway de Bordeaux.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *