La préfecture de la Gironde a pris deux arrêtés ce jeudi 7 décembre. Le premier interdit le rassemblement en hommage à Thomas Perotto, l’adolescent tué à Crépol, prévu demain soir, vendredi 8 décembre, place de la Bourse à Bordeaux. La préfecture justifie cette interdiction par un « risque avéré de violences ». Le deuxième arrêté interdit tout cortège, défilés et rassemblements non déclarés dans le centre-ville de Bordeaux entre 18 heures et minuit.

La semaine dernière, l’UNI, syndicat étudiant, avait également dû annuler son rassemblement suite à une interdiction préfectorale et aucun incident n’avait été signalé dans les rues de Bordeaux. Cette fois-ci, c’est la Cocarde, un autre syndicat étudiant proche de l’extrême droite, qui a appelé à ce rassemblement. Sur les réseaux sociaux, la Cocarde a été très claire en appelant ses militants à rejoindre la place de la Bourse pour dire « stop au massacre des Français ».

L’Offensive antifasciste bordelaise a immédiatement réagi à cet appel en indiquant que la Bastide bordelaise, un groupuscule violent, comptait bien participer au rassemblement en se cachant derrière le prétendu syndicat étudiant la Cocarde. Dans la foulée, l’Offensive antifasciste demande à ses militants de se réunir à 18 heures, place Jean-Jaurès, pour empêcher une nouvelle fois l’extrême droite de défiler dans la ville.

Les deux rassemblements antagonistes sont particulièrement visés par l’arrêté préfectoral, qui précise que « toute infraction sera réprimée et punie de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende ». La préfecture a également autorisé l’utilisation d’un drone par la police pour veiller au respect de ces interdictions.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *