Des parents sont confrontés à une convocation en justice pour changer le prénom de leur fils Fañch, né le 26 juillet 2023 à Angers (Maine-et-Loire). La maman explique qu’ils ont reçu une lettre d’huissier les informant de cette convocation devant un juge des affaires familiales le 15 février, au motif que l’orthographe du prénom Fañch, avec un tilde (~), n’est pas conforme à l’intérêt de l’enfant. Le prénom Fañch est le diminutif breton de Frañsez, l’équivalent français de François. Les parents affirment qu’ils ne changeront pas le prénom de leur enfant du jour au lendemain et se disent blessés que l’on remette en question leur intérêt pour leur fils. Ils soulignent également qu’ils ne l’ont pas appelé Nutella et se demandent si la justice n’a pas autre chose à faire. Le parquet d’Angers justifie cette assignation en mentionnant que le tilde sur le n de Fañch n’est pas retenu par la langue française, selon une circulaire de 2014. La justice ordonne donc la suppression de ce prénom sur les registres de l’état civil et propose l’attribution d’un autre prénom avec ou sans l’accord des parents. Les parents expriment leur surprise face à cette assignation et notent que ce n’est pas la première fois que le prénom Fañch fait l’objet de procédures judiciaires en Bretagne. Dans le passé, cependant, la justice a validé l’utilisation de ce signe diacritique. Pour l’association Skoazell Vreizh, il est essentiel de modifier la circulaire ministérielle de 2014 pour mettre fin à ces humiliations et au jacobinisme.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *