Des centaines de salariés du groupe Casino, y compris des enseignes comme Franprix et Monoprix, ont manifesté mardi pour exprimer leurs préoccupations quant à l’avenir du groupe, qui est en difficulté financière et envisage de vendre des magasins à des concurrents. Les cinq syndicats du groupe ont appelé à la mobilisation pour attirer l’attention sur la situation de Casino, qui compte encore 200 000 salariés, dont 50 000 en France, et qui traverse une période de turbulences. Les salariés craignent une « vente à la découpe » qui pourrait compromettre leur emploi.

La manifestation principale a eu lieu à Saint-Étienne, où se trouve le siège de Casino. Les représentants des syndicats ont rencontré le maire de la ville pour discuter de la situation. Dans une déclaration lors de la manifestation, Hervé Preynat de la CFDT a déclaré que « Casino est mort, nous demandons à pouvoir partir dignement ». Les salariés de Vitry-sur-Seine, près de Paris, ont également exprimé leur inquiétude quant à leur avenir et ont déploré le manque de visibilité sur leur situation.

Les salariés craignent que si d’autres enseignes rachètent les magasins de Casino, cela puisse entraîner des doublons d’emplois. Certains salariés ont exprimé leurs préoccupations quant à l’éventualité d’un déménagement à Saint-Étienne en cas de fermeture du siège de Vitry-sur-Seine. Ils se demandent s’ils pourront retrouver du travail et s’ils pourront vendre leur logement actuel et en acheter un nouveau compte tenu de la hausse des taux d’emprunt.

La situation économique difficile de Casino a conduit le groupe à étudier les offres de rachat d’hypermarchés et de supermarchés émises par des concurrents. Les syndicats craignent que cela ne conduise à une vente à la découpe et que cela entraîne des conséquences pour les fonctions de support ainsi que pour les sièges sociaux et la logistique de Casino.

Malgré les difficultés financières de Casino, le groupe a affirmé avoir reçu plusieurs marques d’intérêt pour ses magasins. Auchan et Intermarché sont les seules enseignes à avoir confirmé une offre conjointe et d’ampleur. Le groupe EP du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky a déclaré être attaché au maintien d’un siège à Saint-Étienne.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *