Le 9 décembre dernier, deux manifestations distinctes ont eu lieu à Bordeaux pour dénoncer le « massacre » des Palestiniens et demander un cessez-le-feu immédiat. Environ 80 personnes ont répondu à l’appel du Comité national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, qui rassemble différents partis, associations et syndicats de gauche. Parmi les participants, on pouvait notamment trouver des membres du Comité Palestine 33 du FSU, de LFI, du MRAP, ainsi que des citoyens engagés et même quelques Palestiniens. Les discours prononcés ont vivement critiqué les attaques contre les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie, et ont appelé à un « cessez-le-feu immédiat et permanent » après 63 jours de bombardements ayant entraîné « plus de 16 000 morts et des dizaines de milliers de blessés ». Les orateurs ont également dénoncé l’inaction du gouvernement français, réclamé la levée du blocus, la libération des prisonniers politiques et l’intervention des instances nationales et internationales telles que l’ONU et le TPI, ainsi que des sanctions à l’encontre d’Israël.

Parallèlement, le Comité action Palestine a organisé sa propre manifestation de soutien au peuple palestinien. Bien que la pluie et la multiplicité des cortèges aient réduit le nombre de participants, environ une centaine de personnes se sont rassemblées sous le mot d’ordre de soutenir la résistance du peuple palestinien et de demander un cessez-le-feu. Les participants, principalement des jeunes et des familles, arboraient des drapeaux palestiniens ainsi que des photos de civils tués par les bombes israéliennes. Les discours ont également condamné « l’impérialisme, le sionisme et le colonialisme », ainsi que l’inaction des régimes arabes. Le cortège s’est ensuite dirigé vers Pey-Berland en scandant des slogans tels que « Israël terroriste, Macron complice ».

Ces manifestations démontrent une division entre les différents mouvements de soutien à la Palestine. Certains militants issus de la gauche critiquent notamment le rapport du Hamas à la laïcité et ne le considèrent pas comme représentatif de la résistance palestinienne. Néanmoins, malgré ces divergences, certains participants ont décidé de soutenir les deux cortèges.

Sources :
– « Bordeaux : deux manifestations pour dénoncer le « massacre » des Palestiniens et demander le cessez-le-feu immédiat », Sud Ouest, 9 décembre 2021.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *