Dans le cadre de notre série d’articles sur les boulevards de Bordeaux, nous nous intéressons cette fois-ci à cette longue artère routière à travers dix photos d’édifices emblématiques. Cette exploration nous permettra de dresser un état des lieux du patrimoine architectural bordelais à travers les temps.

Les boulevards bordelais sont une véritable machine à remonter le temps. Nous avons en effet parcouru ces 12 kilomètres, de Ravezies à Bègles, pour observer les évolutions au fil des époques. Notre photographe Thierry David a documenté cette exploration en se concentrant sur la rive gauche. Cette partie des boulevards est en effet concernée par le projet de rénovation envisagé par Bordeaux Métropole, qui prévoit également des aménagements sur la rive droite. Au total, ce sont ainsi 19 kilomètres et 130 000 habitants qui seront impactés par ces travaux.

Le projet de Bordeaux Métropole prévoit notamment la création d’une boucle reliant les ponts Chaban-Delmas et Simone-Veil. Cependant, cette boucle n’existe pas encore, car les boulevards de la rive droite, tels que les boulevards Ricard et Joliot-Curie, ne sont pas encore connectés aux ponts. Sur la rive gauche, certains quartiers ont déjà commencé à se transformer, à l’image de la place de Ravezies, où un nouvel immeuble a remplacé l’ancienne gare.

L’une des spécificités des boulevards bordelais est l’importante présence d’immeubles en hauteur, témoignant d’un urbanisme des années 1960-1970. Le plan guide de quartier a ainsi prévu la construction des immeubles les plus hauts sur les bords extérieurs, surplombant ainsi les échoppes sans étages du Bouscat.

Le patrimoine des boulevards bordelais est également marqué par des témoignages d’époques révolues. C’est le cas du garage France Outre Mer, situé boulevard Pierre 1er, qui est le témoin d’une époque où la voiture était prédominante. Aujourd’hui, une réflexion est engagée pour réduire la place de la voiture sur les boulevards.

Les boulevards bordelais sont également le reflet des quartiers qu’ils traversent. Par exemple, le boulevard Wilson reflète le caractère prestigieux des quartiers Saint-Seurin et Caudéran, tandis que les quartiers près de la gare ou de Bègles sont caractérisés par des maisons plus modestes. Les boulevards sont en quelque sorte une vitrine de l’architecture bordelaise, de la deuxième moitié du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Les boulevards de Bordeaux sont également parsemés de points de repère emblématiques, à l’image du stade Chaban-Delmas, inauguré en 1938. Ce dernier, qui aurait dû être démoli, a finalement été conservé. Les immeubles cossus des boulevards ont dû s’adapter au bruit et à la pollution en installant des doubles-fenêtres.

En longeant les boulevards de Bordeaux, on peut également découvrir les fameuses barrières de la ville. On en compte 11 sur la rive gauche des boulevards, dont certaines ont conservé l’architecture de l’époque où l’entrée dans la ville était payante. Les barrières étaient de véritables lieux de vie, avec des commerces, des restaurants, et même parfois un cinéma ou un théâtre.

Enfin, l’adaptation de la ville à la voiture est également visible dans les tunnels routiers, comme celui de la barrière Saint-Genès, qui se trouve au pied des habitations. Aujourd’hui, la mairie souhaite réduire la place de la voiture sur les boulevards, une tâche qui ne sera pas facile.

En somme, les boulevards de Bordeaux sont un véritable témoignage de l’histoire de la ville et de son patrimoine architectural. Ils permettent de retracer les évolutions de l’urbanisme bordelais, des immeubles en hauteur des années 1960-1970 aux grandes demeures cossues, en passant par les barrières et les tunnels routiers.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *