Un scénario complexe. L’acteur français Gérard Depardieu, âgé de 74 ans, a récemment été accusé par 17 femmes d’agressions sexuelles ou de viol sur des tournages. Parmi elles, la comédienne Hélène Darras a décidé de sortir du silence en témoignant lors de l’émission Complément d’enquête diffusée sur France 2. Elle a également déposé plainte contre l’acteur pour agression sexuelle.

Dans l’épisode dédié aux accusations dirigées contre Gérard Depardieu et qui sera diffusé le 7 décembre, Hélène Darras raconte l’agression qu’elle a subie sur le tournage du film Disco en 2007, dans lequel elle jouait un rôle de figurante. La plainte a été déposée en septembre et le parquet de Paris étudie actuellement la meilleure manière de la traiter.

Dans un extrait vidéo relayé par france info, on peut voir Hélène Darras sourire de manière crispée dans sa robe rouge moulante, quelques minutes avant que la photo ne soit prise, Gérard Depardieu l’a agressée sexuellement. Dans ses témoignages, la comédienne décrit l’acteur comme étant alcoolisé et son comportement comme étant ingérable. Il l’aurait regardée comme si elle était un morceau de viande et aurait posé ses mains sur ses hanches et ses fesses, lui proposant de monter dans sa loge.

Malgré l’agression, personne n’a réagi sur le tournage car « il est le roi sur le plateau », déclare Hélène Darras. À l’époque, elle avait seulement 26 ans et ne s’est exprimée sur cet incident dans son journal intime que par peur d’être blacklistée dans l’industrie cinématographique naissante. Elle décrit ses sentiments dans le journal comme « le vide abyssal. Je n’existe plus. Le néant. L’invisible ».

Gérard Depardieu fait face à de multiples plaintes et accusations, la dernière en date étant celle d’une technicienne qui a parlé en juillet dernier. Il est également mis en examen depuis 2020 pour des soupçons de viol et d’agressions sexuelles sur la comédienne Charlotte Arnould. Dans une lettre ouverte au Figaro, l’acteur, âgé de 74 ans, s’est défendu en affirmant qu’il n’était « ni un violeur ni un prédateur ».

Ces accusations portées à l’encontre de Gérard Depardieu soulèvent des questions sur le respect des normes éthiques et des limites dans l’industrie cinématographique. Elles mettent également en lumière l’importance de donner une voix aux victimes présumées et de remettre en question les comportements abusifs sur les lieux de travail. Le processus judiciaire en cours permettra de déterminer la vérité et d’établir la responsabilité des parties concernées.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *