Boris Cyrulnik, le psychanalyste, neuropsychiatre et écrivain âgé de 86 ans, a récemment rencontré des collégiens à Bordeaux dans le cadre d’un projet intitulé « Par les vivants ». Ces élèves de troisième du collège Auguste-Blanqui travaillent depuis plusieurs mois sur l’histoire du quartier de Bacalan pendant la Seconde Guerre mondiale, en se concentrant particulièrement sur le sort des juifs et des Tsiganes.

Ce projet de recherche et de documentation sur des lieux de mémoire et des témoignages vivants est unique dans l’académie de Bordeaux. Les élèves ont déjà rencontré Pierre Brana, un ancien enfant de Bacalan devenu homme politique, ainsi que travaillé avec les archives départementales. Les informations collectées seront utilisées pour créer des parcours sonores géolocalisés.

Dans le cadre de ce projet, les élèves ont eu l’opportunité de rencontrer Boris Cyrulnik, qui a accepté pour la première fois d’être interrogé par des collégiens. En tant que survivant de la rafle de la Gestapo en 1942 à Bordeaux, Cyrulnik a réussi à s’échapper de la synagogue à l’âge de 6 ans. Les élèves étaient préparés avec de nombreuses questions et ont reçu des félicitations de la part de Cyrulnik. Ils ont également reçu une leçon de vie inoubliable.

Lors de cette rencontre, Cyrulnik a partagé son expérience de la Seconde Guerre mondiale et a expliqué comment le peuple allemand était soumis à un seul récit, celui de leur chef. Il a exprimé ses inquiétudes face à la résurgence du même récit avec les mêmes arguments qu’aux années 1930. Il a vivement encouragé les élèves à garder un esprit critique, à juger par eux-mêmes, à réfléchir et à douter pour ne pas se laisser subjuguer. Il les a également invités à s’engager politiquement.

Cette rencontre, qui s’est déroulée dans les salons de l’Hôtel de ville de Bordeaux, a été citée par le maire de la ville, Pierre Hurmic, qui a rappelé la célèbre phrase de Jacques Ellul : « Exister, c’est résister. » Cette initiative, tout comme les abonnements à notre site d’actualité, permet de soutenir le travail de nos 250 journalistes engagés à vous fournir une information de qualité, fiable et complète chaque jour.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *