La desserte des trains à Marans oppose deux visions : le choix entre le TER (Train Express Régional) et le RER (Réseau Express Régional). Jean-Marie Bodin, maire de la ville, préfère le TER, tandis que Michel Caniaux, vice-président de l’association rochelaise Altro (Association Logistique Transport Ouest), penche plutôt pour le RER. Les deux hommes ont en commun l’objectif de desservir Marans, mais leur opinion diffère quant au moyen à utiliser. Jean-Marie Bodin soutient la mise en place de 5 à 6 allers-retours La Rochelle-Marans-La Rochelle en TER, tandis que Michel Caniaux fait valoir l’importance d’un RER plus fréquent proche de Marans.
L’arrivée du TER à Marans est prévue pour début 2024, mais les délibérations de la Région Nouvelle-Aquitaine ont été reportées au premier trimestre 2024. Malgré les doutes de Michel Caniaux quant à la faisabilité rapide de cette desserte, Jean-Marie Bodin est confiant et affirme que les services de l’État, le préfet de la Charente-Maritime, la présidente du Département et la députée de la deuxième circonscription ont soutenu le projet. Il précise également que la sortie de la gare de Marans du cercle de l’usine Simafex, classée site Seveso III seuil haut, est attendue.
En ce qui concerne le RER, Michel Caniaux souligne que malgré la satisfaction des élus pour le TER La Rochelle-Rochefort, les habitants de Saint-Laurent-de-la-Prée ou d’Angoulins constatent un train toutes les quatre heures. Il estime donc nécessaire d’établir un calendrier des étapes pour que les travaux de la halte à Marans puissent commencer en 2025. À l’inverse, aucun travaux ne sont prévus pour accueillir le TER.
Les arguments en faveur du train s’articulent également autour de la protection de la planète, de l’indépendance énergétique et du pouvoir d’achat. Les deux visions cherchent à répondre à ces défis, notamment en développant le train touristique et en proposant une étude de faisabilité pour un retour du ferroviaire dans les zones périurbaines telles que La Rochelle.
Jean-Marie Bodin se montre plus optimiste quant à la mise en place du TER, prenant l’exemple de La Jarrie pour illustrer que des projets similaires ont réussi. Le train sera évoqué lors des vœux du maire de Marans, en présence d’Anne-Laure Babault, Sylvie Marcilly et Jean-Pierre Servant, président de la Communauté de communes Aunis Atlantique.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *