Opéra de Bordeaux : Débat entre « crise sociale » et « transition » 

Un débat anime actuellement l’Opéra de Bordeaux concernant une possible crise sociale ou une simple phase de changement. Fabien Robert, membre du MoDem, exprime des inquiétudes sur une situation précaire au sein de l’Opéra avec des effectifs insuffisants, notamment dans les postes techniques, et un manque d’écoute de la part de la direction. En réponse, Dimitri Boutleux, adjoint aux expressions culturelles, évoque des difficultés conjoncturelles plutôt qu’une crise structurelle.

Fabien Robert alerte sur une situation sociale préoccupante à l’Opéra de Bordeaux, avec une lettre adressée au maire, Pierre Hurmic, décrivant une ambiance alarmante parmi les quelque 400 employés. Lors de la dernière cérémonie des vœux, seuls une vingtaine de salariés étaient présents, contre 150 habituellement, soulignant des tensions internes.

Des discussions internes ont également été soulignées, notamment à travers un courrier signé par les équipes techniques et administratives, mentionnant un climat de souffrance qui a dissuadé certains salariés de participer à l’événement. Les revendications se concentrent sur des conditions de travail adéquates, des ressources humaines suffisantes et un management attentif aux difficultés rencontrées.

En parallèle, des problèmes antérieurs ont été mentionnés, avec des projets complexes à réaliser dans des délais de plus en plus serrés et un non-remplacement de postes devenu habituel, même pour des fonctions essentielles. On note une trentaine de postes techniques vacants en ce début d’année, ainsi qu’un manque de personnels à l’orchestre. Selon Fabien Robert, une dizaine de cadres sont absents en raison de congés maladie ou démissions, ce qui impacte la prise de décisions et le bon fonctionnement de la structure, selon Pierre Guillou, délégué FO.

Malgré ces tensions, les syndicats n’ont pas opté pour un conflit ouvert, soulignant l’existence d’un dialogue avec la direction. Tristan Liehr de la CGT précise que les difficultés rencontrées touchent également la direction, soulignant un besoin de moyens financiers pour pourvoir les postes vacants et ainsi améliorer la situation.

Dans un contexte de restrictions financières généralisées, l’Opéra de Bordeaux n’est pas le seul impacté, avec des subventions en baisse et des postes gelés dans d’autres institutions similaires en France. Malgré ces défis, les comptes de 2023 se clôturent avec un léger bénéfice, notamment grâce à une bonne fréquentation du public et un soutien financier accru de la part de la ville. Des discussions sont en cours pour obtenir des financements supplémentaires de la Métropole.

En conclusion, l’Opéra de Bordeaux fait face à des défis internes mais cherche des solutions pour améliorer les conditions de travail et maintenir son activité culturelle. Un équilibre financier délicat est maintenu grâce à des économies sur la marge artistique et la masse salariale, tout en cherchant des solutions durables pour assurer le bon fonctionnement de l’établissement dans le futur.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *