Chaque année, les forces de l’ordre assurent une surveillance renforcée lors du réveillon du Nouvel An. Lors du passage à l’année 2023, 90 000 policiers et gendarmes avaient été mobilisés, et il en sera de même cette année. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a souligné que cette mobilisation était nécessaire en raison de la menace terroriste qui pèse sur la France, notamment en lien avec les événements en Israël et en Palestine. En plus des policiers et gendarmes, des dizaines de milliers de sapeurs-pompiers et 5000 militaires de l’opération Sentinelle compléteront le dispositif de sécurité.

Pour assurer une surveillance optimale, la gendarmerie nationale utilisera une dizaine d’hélicoptères qui se déplaceront sur tout le territoire et des drones seront également utilisés, comme cela a déjà été le cas lors de la Coupe du monde de rugby et dans la lutte contre les violences urbaines. Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs déclaré qu’il n’y avait pas pour le moment de remise en cause du droit de grève des policiers municipaux.

Il est à noter que lors du passage à l’année 2023, 490 interpellations avaient eu lieu, soit une augmentation de 11% par rapport à l’année précédente. Cependant, il y avait eu moins de véhicules incendiés, mais plus d’interpellations. Certains individus avaient tenté de tirer des mortiers sur les forces de l’ordre ou d’incendier des voitures, notamment dans le but de commettre des fraudes à l’assurance. Bien que des incidents aient été signalés dans certaines villes, le ministre de l’Intérieur avait souligné qu’aucun incident majeur n’avait été enregistré.

La vigilance et la mobilisation des forces de l’ordre restent donc essentielles pour garantir la sécurité lors du réveillon du Nouvel An.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *