Bordeaux : l’orgue de la grande synagogue résonne à nouveau, 80 ans après sa destruction

L’orgue de la grande synagogue de Bordeaux, qui avait été détruit en 1944, a retenti à nouveau lors d’un grand concert inauguratif le dimanche 10 décembre. Reconstruite à l’identique, cette pièce maîtresse conçue en 1882 par la maison Wenner-Maille, a été mise en valeur lors de cet événement.

L’orgue, mesure 4 x 5 mètres et pèse 3 tonnes, et est considéré comme un monument historique. Cependant, il est toujours caché derrière son grand buffet en bois, rendant impossible sa visualisation. Mais malgré cela, les spectateurs ont pu l’entendre résonner pour la première fois depuis près de 80 ans.

Le concert inaugural a été dirigé par Emmanuelle Souffan, la cheffe de la musique de la grande synagogue de la Victoire à Paris. Accompagnée du chœur Orfeo, elle a interprété un répertoire varié, comprenant des rituels sépharades et une liturgie portugaise spécifique à l’histoire de Bordeaux, ainsi que des œuvres d’anonymes et de compositeurs juifs du XVIe siècle jusqu’à nos jours.

Ce concert symbolique était également une manière de célébrer la fête de Hanoukka. Erick Aouizerate, le président du Consistoire de Bordeaux, a exprimé son émotion et sa fierté devant cette renaissance de l’orgue, déclarant que cela permettait de « redonner sa place à un vieil ami qui nous avait été enlevé lors des heures sombres de l’histoire ».

La restauration de l’orgue a été rendue possible grâce au soutien financier de la préfecture, des élus locaux et des collectivités. Ce projet de reconstitution à l’identique a nécessité dix-huit mois de travail, permettant ainsi de perpétuer l’histoire et la mémoire de cet instrument historique.

Thierry Semenoux, expert auprès de la direction générale des patrimoines, et Alain Faye, facteur d’orgue, ainsi que leurs équipes, ont travaillé avec précision pour restaurer cet instrument exceptionnel. Ils ont dû apprendre par cœur les 770 tuyaux de l’orgue et déployer 1 500 mètres de vergettes, qui relient la console à l’instrument, afin de recréer l’acoustique et l’harmonie de l’orgue Wenner. Ce dernier est en effet capable d’imiter différents instruments de l’orchestre, de la flûte à la contrebasse.

Un exploit technique et sonore qui a été salué par les spectateurs, qui ont pu apprécier les aigus célestes et les basses profondes de l’instrument. Les chœurs ont interprété des chants traditionnels comme « Baroukh abba » ou « Hallelujah » de Leonard Cohen, créant ainsi une ambiance spirituelle et harmonieuse.

La résonance de l’orgue dans la grande synagogue de Bordeaux est donc devenue, une fois de plus, une véritable bénédiction, rappelant l’importance de la culture et de l’histoire juive dans la région.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *